Délice d'apprendre

Entretien parents-profs : 7 clés pour réussir

Quand on est parent d’enfants atypiques (dys, hauts potentiels) ou que notre enfant a des difficultés à l’école, il n’est pas toujours facile d’aborder un entretien avec les professeurs de son enfant. 

Cette situation a peut-être tendance à vous angoisser car vous ne savez pas comment aborder cet entretien. Vous êtes peut-être en colère contre l’enseignant, ou vous avez au contraire peur : peur des reproches, peur d’être jugé dans votre rôle de parents, peur d’être incompris…

Avoir de bonnes relations avec l’école est essentielle pour la réussite de votre enfant. Un enfant qui se sent soutenu par ses parents et par ses enseignants réussira mieux à l’école. 

Je vous donne ici 7 conseils pour que cet entretien se déroule au mieux.

1 - Préparer l'entretien

Entretien parents - profs : comment bien réussir son entretien avec le professeur de votre enfant

Avant l’entretien, il est essentiel de vous demander ce que vous en attendez. Prenez une feuille et écrivez tout ce que vous souhaitez dire à l’enseignant : les questions, votre ressenti sur la situation, pourquoi vous souhaitez le rencontrer. Revenez sur cette liste régulièrement : vous pouvez barrer les choses qui finalement ne vous semblent pas essentielles ou au contraire en rajouter d’autres qui vous semblent plus pertinentes. Ne vous éparpillez pas : plus vous serez clair et concis dans vos ententes, plus vous avez des chances d’être écouté et entendu. 

Vous pouvez également prendre le temps d’en discuter avec votre enfant : expliciter ensemble quel est le problème et essayer ensemble de trouver des solutions. Ne stigmatisez pas votre enfant mais encouragez-le à dialoguer avec vous et à rechercher comment résoudre le problème qu’il rencontre à l’école.

Si vous vous sentez stressé, n’hésitez pas à vous relaxer en utilisant la méditation ou tout autre moyen pour vous détendre. Essayez d’arriver serein et détendu à l’entretien.

2 - Ne pas attendre ce qu'on ne pourra pas vous donner.

Qu’attendez-vous de l’école? En tant que parents, nous avons tous notre image de l’école idéale qui doit correspondre à nos attentes qui nous viennent souvent de la vision que nous avions de l’école étant enfant. Mais parfois, cette vision est idéalisée : nous souhaiterions que notre enfant fasse telle ou telle chose à l’école, que son enseignant soit comme cette maitresse que nous avons eu en CP ou comme ce prof de maths au collège qui nous a fait enfin fait comprendre le théorème de Pythagore ! 

Mais la réalité est toute autre. Aujourd’hui, l’école a changé, les attentes de l’institution sur les enseignants ont aussi changé. 

Dans la convention des droits de l’enfant, l’école doit favoriser l’épanouissement de la personnalité de l’enfant et le développement de ses dons et de ses aptitudes mentales et physiques dans toute la mesure de leurs potentialités. De même, dans le code de l’éducation, on retrouve les mêmes exigences en ce qui concerne les élèves à besoin éducatif particulier (dyslexie, dysgraphie, dyspraxie, haut potentiel) comme dans cet extrait de l’article du code de l’éducation.

Dans les écoles, des aménagements particuliers et des actions de soutien sont prévus au profit des élèves qui éprouvent des difficultés, notamment les élèves atteints de troubles spécifiques du langage oral et/ou écrit, telle la dyslexie. Lorsque ces difficultés sont graves et permanentes, les élèves reçoivent un enseignement adapté.
Des aménagements appropriés sont prévus au profit des élèves à haut potentiel ou manifestant des aptitudes particulières, afin de leur permettre de développer pleinement leurs potentialités. La scolarité peut être accélérée en fonction du rythme d'apprentissage de l'élève.

Extrait de l'article L321-4 du Code de l'éducation

Qu’est ce que cela veut dire? Cela veut dire qu’aujourd’hui, au sein de l’éducation nationale depuis la loi de 2005 sur l’école inclusive, les enseignants ont des consignes d‘intégrer tous les élèves et d’adapter leur enseignement en fonction des spécificités de chaque élève. Mais pour cela, les professeurs doivent donc être formés et informés pour savoir comment s’y prendre. Tout cela est génial me dirait vous ! « C’est super, les profs savent qu’ils doivent faire attention aux profils particuliers ! Mon enfant différent va enfin être compris et le prof est formé pour aider mon enfant à réussir ». 

Malheureusement, souvent, le parent tombe de haut car malgré que cela soit inscrit dans la loi, il en est tout autre. Tous les professeurs ne sont pas formés à accueillir des élèves différents avec des troubles particuliers ou des élèves à haut potentiel

Vous pensez que le prof ressemble à ça.

entretien parents-profs : des clés pour agir ensemble

Mais en fait il ressemble à ça.

professeur sévère


Du coup, même si vous en tant que parents d’enfant atypique vous savez cela, il faut être très prudent et ne pas demander l’impossible au professeur qui sera en face de vous. Car comme tout être humain, le professeur a ses propres pensées, jugements et peut être réfractaire à tout changement. Il faut donc faire très attention à ne pas attendre ce qu’on ne pourra pas vous donner.

3 - Respecter les règles de savoir-vivre

respecter les règles de savoir-vivre

Cela peut vous paraître inutile de le rappeler mais en étant courtois, poli, avenant , vous aurez plus de chance que l’enseignant de votre enfant vous écoute et soit à l’aise avec vous plutôt que sur la défensive.

Eviter les jugements sur le travail de l’enseignant mais focaliser vous plus sur les besoins de votre enfant et son ressenti. En pointant les difficultés de votre enfant à l’école plutôt que les difficultés du professeur, vous favoriserez l’écoute et l’empathie et une relation d’égal à égal entre vous, parent, et lui, le professeur.

4 - Proposer un partenariat

Vous connaissez votre enfant depuis sa naissance. Au fil du temps, vous avez découvert ses spécificités et vous savez comment il fonctionne. Aucune personne au monde ne le connait mieux que vous. Mais attention face à l’enseignant : éviter absolument de lui dicter comment il doit s’y prendre avec votre enfant. Vous n’êtes pas un professionnel de l’éducation, et en ce sens, vous ne connaissez pas les réalités d’une classe. Vous devez faire très attention à  laisser sa place à l’enseignant : celle d’un professionnel de l’enseignement qui est à même de trouver des solutions face à un problème.

Au lieu de proposer des solutions toute faites que vous auriez trouvé au gré de vos recherches sur Internet ou dans vos lectures, une façon simple de laisser sa place à l’enseignant est de lui proposer un partenariat. Pour cela, au lieu de dire « il faudrait que vous fassiez comme cela », dites plutôt « que proposez-vous pour cela aille mieux en classe? » « comment, en tant que parent, puis-je vous aider? « . En ouvrant ainsi la discussion, l’enseignant se sentira valorisé et sera plus à même de vous écouter et d’aider votre enfant. 

Vous restez cependant la seule personne à connaitre parfaitement votre enfant. Donc si vous souhaitez tout de même faire quelques suggestions sur ce qui marche avec votre enfant, vous pouvez dire simplement « à la maison, on a remarqué que quand on fait ça ou ça, cela marche super bien ». L’enseignant, même s’il ne peut pas forcément appliquer la même chose en classe, connaîtra ainsi un peu mieux votre enfant. Cela lui donnera des pistes de réflexion et il pourra à son tour réfléchir à des solutions pour aider votre enfant.

5 - Essayer d'être dans le dialogue régulier

Il est essentiel de toujours avoir en tête que le dialogue est primordial. N’essayez pas d’imposer votre point de vue (même si celui-ci vous semble des plus justes). Pensez à écouter aussi l’enseignant et à essayer de comprendre les difficultés qu’il peut rencontrer avec votre enfant. Rappelez-vous que peu d’enseignants sont formés aux élèves à besoins éducatifs particuliers et que ce qui peut sembler évident pour vous ne l’est pas pour lui.

Il se peut cependant que l’inverse soit vrai, c’est-à-dire que l’enseignant soit fermé au dialogue et ne soit pas du tout réceptif et à votre écoute. Que faire dans ce cas-là? Dites « STOP »!. N’hésitez pas à exprimer le fait que vous ne vous sentez pas écouté et que vous souhaitez avant tout trouver des solutions pour votre enfant et que vous espérez pouvoir en rediscuter plus posément avec lui plus tard quand il sera disposé à vous écouter vraiment. Essayez de garder en tête d’éviter avant tout de rompre le dialogue.

6 - Penser à remercier

penser à remercier

Si l’enseignant s’est montré à votre écoute, s’il a su entendre votre problématique, il est important que vous pensiez à le remercier. Les enseignants sont souvent débordés et ont de multiples tâches à effectuer au quotidien et de nombreux élèves différents à suivre. L’enseignant vous accorde du temps pour s’entretenir avec vous, remerciez-le de vos échanges et de ce qu’il a trouvé comme solution pour résoudre les problèmes de votre enfant en classe.

7 - Apprendre à votre enfant à s'affirmer dans le respect de l'adulte

Un dernier conseil : ne négligez pas d’apprendre à votre enfant à s’affirmer tout en respectant l’adulte. Un enfant n’a rien à gagner à afficher ouvertement sa rébellion contre son enseignant. Vous devez aussi lui apprendre que même si parfois l’adulte en face ne respecte pas votre enfant, il se doit de rester respectueux. De votre côté, accompagnez votre enfant en l’aidant à gérer ses émotions et en dialoguant avec lui sur ses difficultés avec son enseignant. 

Entretien parents - profs : comment bien réussir son entretien avec le professeur de votre enfant
Cet article vous a plu?

Partagez-le sur les réseaux sociaux

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *